Urtica Paradisum

Projet lauréat Parisculteurs 1,  ferme ortiecole de production d'engrais et de répulsifs naturels et locaux.

Urtica Paradisum est une ferme ortiecole de production d’engrais et pesticides locaux et naturels. La ferme Ortiecole est plus qu’une faute d’orthographe – c’est un projet qui jouera un rôle central au sein du dispositif ParisCulteurs ! Par la production d’intrants biologiques, ce site a vocation à être au service des autres lieux de végétalisation et d’agriculture urbaine à Paris. Il s’agit d’une exploitation d’ortie, de prêle, de consoude, de sauge… pour produire sur place des décoctions et macérations qui serviront d’engrais naturels, de stimulants, de répulsifs…

 

L’aménagement du site privilégiera la fonctionnalité et le lowtech sans pour autant mettre au second plan la qualité esthétique de la réalisation. Une partie du lieu sera optimisée pour la production alors qu’une seconde zone permettra de mettre en scène ces cultures et le cycle de production des purins bio. Le choix du site a été réfléchi pour une intégration optimale du projet à la fois à l’échelle micro-locale (pertinence d’un grand plateau d’un tenant), du quartier et de la ville (site central permettant d’approvisionner en intrants bios les autres projets).

 

Le toit du gymnase Glacière est une surface rectangulaire et plane de 800m2. Conçu pour pouvoir être utilisé comme terrain de tennis, la régularité du toit et son bon ensoleillement, facilite l’installation de zones de cultures importantes sur l’ensemble de la toiture (la toiture est essentiellement ombrée les matins d’hiver). Le modèle d’exploitation choisit, axé sur la production d’engrais et de pesticides végétaux (orties, consoude, etc.), a été imaginé afin de proposer un aménagement paysager permettant d’agrémenter la vue depuis les fenêtres entourant le site sans générer de nuisances. L’exploitation de la toiture sera essentiellement limité à l’entretien (récolte à la faux/faucille trois fois par an, arrosage, etc.) et à la transformation des végétaux (bain de macération couverts).

 

La capacité portante de la toiture (maximum 285 kg/m2 de charges de végétalisation) permet la mise en place des conditions idéale pour la poussée des orties. Trente centimètres de compost suffiront pour la bonne pousse des plantes (pour cette épaisseur, même chargé en eau, le compost pèse au maximum 225kg /m2, le compost étant plus léger que la terre). Les plantations se feront généralement directement au sol (protégé par un tissus géo-textile et drainé). Il reste possible, sans surcharger le toit, de réaliser des bacs surélevés pour mettre en scène une partie des plantations.

 

Surface habitable : 800m²

Études : concours

Montant des travaux : 25 000 €HT

 

Maîtrise d'ouvrage : Privé

Maîtrise d'œuvre : Secousses, Saba et [s+A!] sans plus attendre

Bureau d'études en agriculture urbaine : Terr'eau ciel

 

Projet lauréat du concours Parisculteurs 1